Critique - Hotarubi no Mori e — Camélia Studio

Critique – Hotarubi no Mori e

0

[Écrit à l’origine pour le premier numéro de Mag’zine.]

蛍火の杜へ Hotarubi no Mori e (The Light of a Firefly Forest)

 

Salut, salut ! Permettez-moi de vous présenter un bien joli film d’animation, qui vous plongera dans une forêt remplie de Yõkai, avec la charmante compagnie d’Hotaru et Gin.

Mais avant de rentrer réellement dans l’histoire, attachons-nous à la fiche technique de ce moyen métrage.

Alors, il s’agit d’un film d’animation, diffusé pour la première fois le 30 juillet 2013 et, d’une durée de 45 minutes. Concernant le staff, nous avons Homori Takahiro à la réalisation et au scénario, Takada Akira au chara-design ainsi que Yoshimori Makoto pour la musique. Pour le doublage, nous avons Uchiyama Kouki (Gin), Sakura Ayane (Takegawa Hotaru). C’est le studio Brains Base qui le produit, il s’est également chargé des animes Baccano ! (バッカーノ!) et Durarara!! (デュラララ!!) par exemple. S’il devait être classifié dans un genre précis, je dirais amour & amitié, avec du mythe & fantastique et, une pointe de drame.

Décortiquons le maintenant un peu plus.

001

Le scénario :

On nous raconte l’histoire de Takegawa Hotaru, sur dix étés. Tous commencent lorsqu’elle fait la rencontre de Gin, une personne un peu étrange, portant un masque, lorsqu’elle a 6 ans. Elle c’est à l’époque perdue dans la forêt, proche de la maison de son oncle. Ce dernier lui dit qu’elle ne doit pas le toucher (ainsi que n’importe-quel être humain), sous quoi il disparaîtrait.

C’est là que l’histoire qui les lie commence. Une belle histoire d’amitié, dans un premier temps, qui, peu à peu, passera à une histoire d’amour. Toujours à cheval sur ce cruel dilemme qui se pose à eux, à savoir l’impossibilité de l’un, d’être en contact avec la peau de l’autre. Nous allons donc les retrouver sur dix vacances d’étés, Hotaru ne se rendant chez son oncle, dont la maison borde la forêt où est Gin, qu’à cette période de l’année.

Ils passent ces quelques mois à s’amuser, jouer, courir et, font la rencontre de plusieurs bêtes de la mythologie japonaise.

Ce scénario, bien que simpliste, ce laisse agréablement regarder. L’écriture en ai vraiment joli et, l’on s’attache très vite à nos deux protagonistes principaux. Le rythme est également très bon et, l’on a droit à une vraie fin, ce qui est bien appréciable et pas des plus courants pour un film d’aussi courte durée. L’histoire de Gin est suffisante et l’on nous montre ce qu’il y a à voir de cette union qui se forme, ni trop, ni pas assez. L’émotion et les sentiments seront palpables à chaque moment, ce qui nous permettra de flâner avec eux.

Sachez que l’histoire est tiré d’un one-shot de Yuki Midorikawa, publié en 2002 dans LaLa DX.

 

Le graphisme :

Rien à redire là-dessus. Tout est vraiment propre et soigner. L’animation est de bonne qualité et, nous avons droit à des effets de lumière bien agréable. Les personnages, malgré leur simplicité, sont bien foutus, ce qui nous permet de bien ressentir leurs émotions. Les décors ne sont pas en reste et, bénéficient d’un soin tout particulier.

Rien d’une extrême originalité, mais nos yeux sont malgré tout dans un certain confort visuel.

 

La musique :

À mon goût l’un des plus gros point fort de celui-ci. Les mélodies nous bercent tout du long de l’aventure, juste comme il le faut. Calmes, reposantes, apaisantes, attendrissantes même. Les notes au piano sont absolument magnifiques et, font de cette BO, quelque chose que l’on réécoutera très volontiers lorsque l’on souhaite se détendre.

Finalement …

Hotarubi no Mori e est un film à voir. Il vous permettra à coup sûr, de passer une agréable soirée d’été, décontractante. C’est un bol d’air, frais et pur de la montagne qui s’emparera de vous et, ce n’est que du bonheur. On y aborde à la fois avec douceur et cruauté, l’éphémère amour de Gin & Hotaru.

Seul petit regret, ça courte durée, même si la gestion du temps est bonne, on aimerait être avec eux encore plus longtemps.

 

J’espère avoir réussi à vous convaincre de prendre part à ce voyage !

 

Truc écouté pendant la rédaction de l’article : des OST d’animes en vrac’ (K-On !, Kotoura-san, Ao no Exorcist, ect …)

À propos de l'auteur

Esenjin

Salut ! Moi c'est Gigi pour les intimes, rédacteur en chef du site. Passionné de culture et d'art depuis bien des années, pour ne pas dire toujours, j'espère que vous prendrez du plaisir à découvrir ou redécouvrir des choses par ici ! Attention « Mon langage est composé de 97 kg de méchanceté. »

Merci de partager l'article si tu as apprécié son contenu !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • À Propos

    Camélia Studio - Association de loi 1901.

    © depuis 2010 - Tous droits réservés.

    Camélia Studio est une association ayant pour but de promouvoir les Arts & la Culture en France.

  • Réseaux sociaux

    Retrouvez la liste de tous nos réseaux sociaux sur :

    cette page

  • Partenaires

Version 9.15 | © depuis 2010 - Camélia Studio - Tous droits réservés | Responsable de publication Esenjin | Notre forum | Nos projets CILA | Haut de page