Critique - Zetsuen no Tempest — Camélia Studio

Critique – Zetsuen no Tempest

0

[Écrit à l’origine pour le numéro #03 du Mag’zine !]

Zetsuen no Tempest ~ The Civilization Blaster

Fiche technique :

– Titre alternatif : Blast of Tempest
– Titre original : 絶園のテンペスト ~The Civilization Blaster~
– Format : 24 épisodes de 24 minutes.
– Diffusion : du 05/10/2012 au 29/03/2013 (Japon)
– Réalisateur : Ando Masahiro
– Créateurs originaux : Shirodaira Kyô, Saizaki Ren, Sano Arihide
– Character designer : Saito Tsunenori
– Musique : Oshima Michiru
– Scénaristes : Yamaguchi Hiroshi, Okada Mari, Okada Mari, Onishi Shinsuke, Koyanagi Keigo
– Mecha designer : Suzuki Masahisa
– Mechanical designer : Suzuki Masahisa
– Génériques : Spirit Inspiration de Nothing’s Carved In Stone (OP 1), happy endings de Hanazawa Kana (ED 1), Daisuki na no ni de Kylee (OP 2), Bokutachi no Uta de Shounen T (ED 2)
– Studio : Bones
– Genres : Aventure, Mythe & fantastique, Action.

 

Scénario :

L’intrigue va se concentrer sur quatre, disons cinq personnages clef (cf. prochain paragraphe). Mahiro, le meilleur ami de Yoshino, disparait il y a de cela un an, sans laisser de traces, après la mort (assassinat ?) de sa sœur, Aika. Alors qu’il réapparait, il entrainera son ami dans un conflit, dont ils seront les acteurs principaux, malgré eux.

Animé par la vengeance, Mahiro va chercher sans relâche, le coupable du meurtre de sa sœur. Cela va le mener, avec Yoshino, à entrer en contact avec Hakaze, la plus puissante magicienne du clan Kusaribe, mise à l’exile et prisonnière sur une île abandonnée, par son frère. Il se trouve en effet, que cette dernière bénéficie des pouvoir de l’Arbre de la Genèse, celui-ci pouvant influencer l’état du monde, suivant les désirs de notre demoiselle. Elle devra faire face au Mage de l’Exode, ainsi qu’à son frère, qui désire ressusciter l’Arbre de la Genèse. Il faut savoir que cet Arbre est la logique même du monde.

Ajoutez à ces histoires de famille, de magie & destiné du monde, un soupçon de conflit politique et l’on obtient un bon mélange bien sympathique. Bien que très complexe, l’histoire est extrêmement bien ficelée. De nombreux rebondissements vous attendent ! Vous noterez également, une forte inspiration à Shakespeare (La Tempête & Hamlet), l’auteur ne s’en cache pas, bien au contraire, Aika en fera référence à de nombreuses reprises.

Le scénario de cet anime est donc vraiment complet et, vous garantira de passer de très bons moment, en le visionnant. Je vous le recommande très vivement, c’est l’un de mes coups de cœur de la saison hiver passée.

Références à Shakespeare ; Hamlet & La Tempête :

Je l’ai dit plus haut, il y a deux fortes inspirations à Shakespeare, poète & dramaturge anglais du XVI° siècle. Plus particulièrement, sur ses œuvres Hamlet et, La Tempête. Je vais donc vous parler de cette dernière, puisqu’il s’agit de celle que j’ai lue.

Il s’agit d’une pièce de théâtre, écrite en 1611. On la considère comme une comédie, malgré le fait que la dimension comique soit relativement discrète. L’œuvre est donc singulière et, s’inscrit plus dans un registre de « masque de cours », qui étaient de très grands spectacles, avec ballets, chants, et musique, dont l’art d’enchanter domine.

Elle reste tout de même simple de lecture et très accessible, pour n’importe-quel public. Assez courte (150 pages en édition Livre de Poche (texte intégral)), elle ne vous demandera qu’un petit après-midi de lecture, pour un prix abordable (moins de 6€).

Concernant l’histoire, nous retrouvons Prospéro, évincé de son trône à Milan et, envoyé sur une île déserte (tient, cela ne vous rappel pas une certaine Hakaze ?). Douze ans après, ce dernier maîtrise un certain niveau de magie et, a réussi à faire de certains esprits, des alliés. Grâce à eux, il fera échouer le bateau d’Alonso (roi de Naples), accompagné de son fils Ferdinant. Prospéro va les malmener un certain temps, avant d’être pris de peine et, décide de les libérer, après s’être réconcilier avec son frère, Alonso.

Le coté tragique domine donc l’histoire, avec la présence de quelques touches comiques, notamment avec l’esprit Ariel ou Caliban, le monstre. On retrouve donc une route plus ou moins similaire à Zetsuen no Tempest.

 

Les personnages clef :

Il y en aurait peut-être un ou deux autres à citer ici, mais cela vous spolierait de trop l’histoire, gâchant sa découverte, je m’attellerais donc qu’à ces quatre-ci.

Takigawa Yoshino : De nature calme & réfléchie, il est le meilleur ami de Mahiro, ainsi que le petit ami d’Aika.

Fuwa Aika : Petite amie de Yoshino, elle cachera cette relation à son frère, Mahiro. Elle est relativement difficile à cerner.

Fuwa Mahiro : Contrairement à son meilleur ami, Yoshino, il est très impulsif. Parfois égoïste, cela ne l’empêche pas d’aimer énormément sa sœur et, d’être très protecteur de cette dernière.

Kusaribe Hakaze : Elle détient les pouvoir de l’Arbre de la Genèse, ce qui fait d’elle la mage la plus puissante de son clan.

Chaque personnage est très bien travaillé au cours des épisodes. On en apprend toujours un peu plus sur chacun d’entre-deux. Les relations étant toutes plus ou moins liées les unes aux autres. Charismatiques également, leur identité & caractère propre permet de bien les identifier, chacun arrivant à compléter l’autre.

 

Le graphisme :

Un bon point de l’anime là aussi. Le chara design est bien foutu, l’animation agréable & fluide. Tous cela reposant sur des décors variés et travaillés. L’anime datant de moins d’un an, explique en grande partie cela. Vous y ajouter une petite touche personnelle du studio Bones et, vous arriver à quelque chose de très bonne facture, qui arrive à se différencier de la concurrence.

zntimg

 

La musique :

Très belle, vraiment très jolie. Toute aussi agréable à écouter tel quel, que pendant l’anime, auquel elle se marie sans accroc. Forte utilisation d’instruments à cordes, on pourrait la qualifier de mélancolique. Pour les personnes ayant l’oreille fine, si vous trouvez une grande ressemblance avec l’OST de Fullmetal Alchemist, c’est normal ! La compositrice, Oshima Michiru s’est également chargée de la bande son cet anime (la première saison de FMA + le film Conqueror of Chamballa).

Et donc ?

En conclusion, je ne peux que vous conseiller de regarder Zetsuen no Tempest, tant les thèmes abordés sont intéressant et bien menés dans l’histoire. Le format de 24 épisodes peut sembler court, mais le rythme est très bien dosé, ce qui permettra de se plonger sans difficulté dans l’anime. Chaque détail aura son importance et, tous finira par trouver une explication, ce qui ne laissera pas le spectateur sur sa faim et ne donnera pas l’impression d’une œuvre inachevée.

Truc écouté pendant la rédaction de l’article, l’OST de l’anime.

À propos de l'auteur

Esenjin ⚜ San[gigi]

Salut ! Moi c’est Gigi pour les intimes, rédacteur en chef du site. Passionné de culture et d’art depuis bien des années, pour ne pas dire toujours, j’espère que vous prendrez du plaisir à découvrir ou redécouvrir des choses par ici ! Attention « Mon langage est composé de 97 kg de méchanceté. »

Merci de partager l'article si tu as apprécié son contenu !

Laisser un commentaire