De Digimon à Summer Wars : Shinka — Camélia Studio

De Digimon à Summer Wars : Shinka

0

9 ans. C’est le temps qui sépare Summer Wars de Bokura no War Game, le 2e film Digimon. 2 films à priori sans rapport mais qui ont beaucoup de choses en commun pour celui qui les a vu tous les deux.

Pourtant en regardant le staff et le studio de ces films, il y a peu de choses en commun et on pourrait se poser beaucoup de questions s’il n’y avait pas parmi tout ce monde, un nom qui ressortait élégamment. C’est le nom d’un Homme à l’aura particulière, loin d’être étranger à un certain Miyazaki, loin d’être inconnu tout court et que l’on connait tout simplement sous le nom de Mamoru Hosoda. Et oui, c’est aussi le criminel du plagiat qui va nous occuper aujourd’hui.

Construction Similaire, thèmes identiques, visuels communs, sujets ressemblant. Les images qui parcourent cet article ne pourront que vous convaincre des amitiés que partagent ces 2 films.

Mais parler de plagiat est peut-être un peu sévère non ? Ces films sont étiquetés à son nom et on les désigne comme étant ses films. On se retrouve en fait face à un réalisateur qui a décidé dans sa vie de créer 2 œuvres presque identiques sur certains points. Peut-on alors parler de paresse ? Les auteurs paresseux ce n’est pas une nouveauté et même si les raisons peuvent être très intéressantes (ou pas) on peut accuser un tas de choses au pif comme un contexte familial compliqué, une créativité au point mort, une personnalité étroite ou un problème de santé ? Ou en est donc Mamoru Hosoda ?

Le réalisateur, à qui on donne volontiers le surnom de « successeur de Miyazaki » en est pourtant à son 7e film. Son dernier, The Boy and the Beast, fut son plus gros carton avec 5,85 Milliards de yen rapportés durant toute son exploitation. Pourtant, malgré ce beau chiffre, ce film n’est pas forcément celui qui plait le plus. Outre le personnage féminin agaçant de la seconde moitié, on accuse ce film de laisser une forte impression de déjà-vu.

Et c’est là le nœud du problème. Entre ce film et ses précédents, Mamoru Hosoda ne cache pas ses quelques sujets fétiches comme la famille, l’amitié et l’immersion d’internet dans notre quotidien. Ce fétichisme est ainsi ce qui fait l’image du réalisateur mais aussi sa limite. Ce serait ennuyeux, pour un réalisateur qu’on espère voir dans les salles obscurs pour encore au moins 10 bonnes années, d’avoir le droit à une suite de films sans originalité.

À propos de l'auteur

Tibtyd Lirbij

Démon ancien. On dit que je suis la mascotte du Mag'zine. Avec moi, vous allez découvrir les secrets du staff ! J’abhorre l'ignorance et aime l'élégance. #Yolo

Merci de partager l'article si tu as apprécié son contenu !

Les commentaires sont désactivés.

  • À Propos

    Camélia Studio - Association de loi 1901.

    © depuis 2010 - Tous droits réservés.

    Camélia Studio est une association ayant pour but de promouvoir les Arts & la Culture en France.

  • Réseaux sociaux

    Retrouvez la liste de tous nos réseaux sociaux sur :

    cette page

  • Partenaires

Version 9.14 | © depuis 2010 - Camélia Studio - Tous droits réservés | Responsable de publication Esenjin | Notre forum | Nos projets CILA | Haut de page