Gaek’Oscars 2016 — Camélia Studio

Gaek’Oscars 2016

0

L’année 2016 s’est achevée depuis plus de deux mois à présent mais il fallait que nous en parlions une dernière fois. Parce que comme chaque année, les Gaek’Oscars reviennent pour conclure l’année (avec un retard tout à fait relatif, je vous l’accorde).
Tout comme en 2015, cette édition portera un bilan globale sur les séries de japanimation diffusées au cours de l’année 2016. Et si l’objectif reste le même, la forme évolue avec la disparition notamment des flops (je préfère parler des trucs que j’ai aimé) et l’apparition de sous-catégories, tantôt extravagantes, tantôt juste fun. Et pour les catégories principales, nous avons toujours un prix d’honneur en plus du grand prix afin de mettre en avant une série qui le mérite.
Également, je préviens que les vainqueurs ne sont que le reflet de mes préférences personnelles. La subjectivité sera donc reine. Je dresse ici un bilan sur les séries que j’aurais apprécié en 2016 plutôt qu’à dire quelles seraient les meilleurs séries de manière stricte et objective.

Dans les grands absents de cet article, notez March Comes in Like a Lion, la géniale série de Shaft qui est toujours en cours à l’heure actuelle ou Yuri!! On Ice que je n’ai tout simplement pas vu. Pour la liste complète des séries éligibles (et que j’ai vu donc), c’est ici.


Prix du meilleur opening

Au départ, je pensais repartir sur une base de six nominés par catégories comme l’an passé. Mais dès la catégorie opening j’ai du revoir mes plans. Impossible pour moi de réduire ma sélection à six génériques. Et même en montant à huit nominés, le choix fut cornélien. Surtout que de toutes, cette catégorie (et celle consacrée aux ending) est certainement la plus subjective de toutes. Sachez cependant que je juge autant pour la qualité visuelle que musicale d’un opening, ainsi qu’à sa manière d’incarner la série qu’il introduit.
Sont nominés dans pour le meilleur opening : Knew day ((K)NoW_NAME) et son thème de violon endiablé pour Grimgar ; GATE II: Sekai wo Koete (Kishida Kyoudan & The Akeboshi Rockets) pour la seconde saison de Gate et qui reste excellent malgré ses fortes similarités avec le premier opening ; Great Days (Karen Aoki & Daisuke Hasegawa), le quatrième générique de JoJo’s Bizarre Adventure: Diamond is Unbreakable qui aura admirablement rempli son rôle de générique final ; Lay Your Hands on Me (Boom Boom Satellites), l’emblématique opening de Kiznaiver ; 99 (Mob Choir) dont le thème extravagant aussi bien visuellement que musicalement correspond à merveille à Mob Psycho 100 ; Serendipity (ZAQ) de Flip Flappers qui aura brillé par ses pointes électro et son animation folle ; Nihongo Wakarimasen (Yui Ogura) parce que Teekyuu c’est aussi des génériques cool ; Gospel Of The Throttle (Minutes Til Midnight, version remixée) de Drifters et qui ne pouvait être absent de cette catégorie tant il brille musicalement et visuellement.

Prix d’honneur – Knew Day ((K)NoW_NAME)

Hai to Gensou no Grimgar était une série très jolie, arborant un style particulièrement épuré. Son opening ne trahit pas cet esprit avec un visuel des plus sobres. On se contente des personnages principaux, tantôt habillé d’une sorte de justaucorps, tantôt se préparant pour leurs sorties aventureuses. Ajoutez à cela des billes en grand nombre et vous avez à peu près tout ce qui apparait dans cet opening. Et pourtant ce visuel est rudement pertinent par rapport à la série. Comme cette dernière, il se concentre avant tout sur ses personnages et rien d’autre. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer les mimiques et la gestuelle de chacun quand ils mettent leur équipement. C’est une manière assez subtile de nous introduire leur personnalité. Enfin, les billes s’entrechoquant à la fin sont un parallèle assez évident avec les différents personnages dont les vies sont toutes liées, directement ou non.
Mais ce n’est pas pour ses qualités visuelles que j’ai voulu décerné un prix d’honneur à Knew Day. Ce qui m’a vraiment fait adorer cet opening c’est tout simplement sa musique. Son violon endiablé, sa batterie percutante et la voix d’Ayaka Tachibana rendent ce thème incroyablement vif et puissant, sans lui faire perdre en harmonie. Une superbe chanson dont le dynamisme semble insuffler à ses personnages quand ceux-ci préparent leur équipement et que le tempo s’emballe. Pour terminer, j’en profite pour souligner la qualité générale de la bande originale de Grimgar qui comporte aussi bien des thèmes de rock oppressant que bien plus posé pour les scènes « tranche de vie ». Une valeur sûre dont je ne peux que vous recommandez l’écoute.

Vainqueur – Great Days (Karen Aoki, Daisuke Hasegawa)

JoJo’s Bizarre Adventure est une série qui a toujours bénéficié d’excellents opening. Que ce soit Sono Chi no Sadame pour la partie 1 ou End of the World pour la partie 3, on a toujours eu droit à d’excellentes chansons et à des visuels de qualité. Mais les opening de Jojo ont un truc en plus que les fans de la série connaissent bien : sa manie à jouer avec ses génériques. Par exemple, pour l’épisode final de la partie 1 et celui de la partie 2, l’opening est doté d’effets sonores lui donnant un cachet spécial, du style « c’est LE dernier épisode, le grand final ». Une manie qui s’est élevée d’un cran quand, pour les épisodes finaux de Stardust Crusaders (la seconde saison), un élément scénaristique est carrément exploité dans le générique. L’effet est tout simplement saisissant.
Et dans Diamond is Unbreakable, le staff s’est fait plaisir. En intégrant encore plus profondément une élément de l’histoire, Great Days décuple encore l’effet obtenu précédemment dans le final de Stardust. Parce que là, c’est l’intégralité de l’opening qui se voit chamboulée. Une manière d’asseoir davantage l’élément scénaristique auquel ce changement est lié. Et c’est cette manière de jouer avec ses opening que j’apprécie dans Jojo, car en brisant le « sacro-saint » temps de l’opening, la série ne fait qu’impliquer davantage le spectateur.
Après, Great Days est également un très beau générique, au style en total accord avec l’ambiance année 90 de la série et dotée d’une certaine élégance grâce à des transitions soignées. Et la musique, excellente, lançait chaque épisode avec des « BREAKDOWN BREAKDOWN » excitants.
De tous les opening de 2016, Great Days est celui qui m’aura le plus marqué. Parce qu’il correspond à un arc plein de tension dans DIU. Parce que même sans ça il reste un excellent. Et évidemment parce que sa manière de jouer avec lui-même était particulièrement prenante. Le coup de grâce, c’est la version « Units », chantée par « JO☆UNITED », autrement dit l’intégralité des chanteurs de tous les opening de la série (et que j’ai découvert en préparant cet article en fait). Quel régal.


Prix du meilleur karaoké – Sharanran (miwa feat. 96 Neko)

Inévitable. Flying Witch était certes une excellente série, joliment réalisée et à l’ambiance bien posée, mais ce qui aura sans doute le plus marqué c’est son opening. Une explosion de bonne humeur pour introduire chaque épisode, avec des Shanranranran envoutant. Justement, la chanson, ses personnages tapant des mains et sa bonne humeur exercent sur moi un véritable tour de magie qui me donne irrémédiablement envie de danser. Vous voulez me faire chanter et danser à coup sûr ? Passez cet opening et vous pourrez profiter de ma (relativement) belle voix de ténor.
Shanranranran ~~


Prix du meilleur ending

Cette catégorie aura également connu une assez une assez forte concurrence. Ce qui peut étonner puisque je n’ai pas vraiment l’habitude de visionner les ending. Ma sélection dépend par contre des mêmes critères que pour les opening, à savoir le visuel, la musique et l’accord avec la série.

 

Lire la suite de l’article : Gaek’Oscars 2016

À propos de l'auteur

Esenjin ⚜ San[gigi]

Salut ! Moi c'est Gigi pour les intimes, rédacteur en chef du site. Passionné de culture et d'art depuis bien des années, pour ne pas dire toujours, j'espère que vous prendrez du plaisir à découvrir ou redécouvrir des choses par ici ! Bises.

Merci de partager l'article si tu as apprécié son contenu !

Les commentaires sont désactivés.