Gaekothèque #3.A – Triade saisonnière — Camélia Studio

Gaekothèque #3.A – Triade saisonnière

0

En lançant la Gaekothèque, je ne cherchais pas à tenir un rythme particulièrement régulier et encore moins rapproché. Mais bon je pensais tout de même en publiée tous les 3-4 mois. La dernière datant de janvier, ça fait donc…six bons mois. Arf.

Du coup, durant ce laps de temps, j’ai vu et lu un bon paquet de choses. Au point que j’ai décidé de diviser cet article en trois parties, avec ici la première consacrée aux animes de saison !

Un hiver généreux en qualité

Depuis la dernière fois, deux saisons d’anime ce sont écoulées. Commençons par celle d’hiver, pour laquelle j’avais d’ailleurs fait une (dernière) preview.

Je l’ai regardé sans trop savoir à quoi m’attendre, mais ACCA 13 (Madhouse, Wakanim) aura réussi à me faire passer un excellent moment. Prenant place dans un pays imaginaire divisé en 13 circonscriptions dirigées plus ou moins indépendamment des autres. Le rôle de l’organisme ACCA étant de veiller au maintien de cette paix. Mais une rumeur de coups d’état fait peu à peu surface, y mêlant l’inspecteur d’ACCA Jean Otus. La force de la série, selon moi, c’est la subtilité de sa narration. Loin d’être bourrée d’action, chaque épisode nous fait visiter une circonscription en compagnie de Jean, avec toujours quelques remarques de la part de leurs habitants. Le fil rouge du coup d’état avance en même temps, mais sans exagération aucune, presque en douceur. Résultat, on a une ambiance souvent posée et pourtant très sérieuse par moments. Une écriture plutôt originale pour un thriller politique, avec au bout une expérience unique. Le design de la série ainsi que le charisme de ses personnages, sans oublier son superbe opening, parachèvent une des séries les plus intéressantes de cette première moitié d’année.acca13

kobayashi
Police à waifus

Autre curiosité de début d’année, Miss Kobayashi’s Dragon Maid (Kyoto Animation, Wakanim/Crunchyroll) avait de quoi laisser sceptique, un an après le quand même sympathique Myriad Colors Phantom World. Au contraire, je voyais cette série d’un bon oeil. Après tout, on avait l’adaptation d’un manga de Cool-kyou Shinja, l’auteur du très bon I Can’t Understand What My Husband Is Saying. Avec cela le savoir-faire de KyoAni pour transformer des oeuvres en excellentes surprises (K-ON! restant le meilleur exemple), j’avais mes raisons d’être optimiste. Attentes qui se sont confirmées puisqu’on nous a servi une comédie rafraichissante, colorée et déjantée. Aux bons souvenirs de Nichijou, mais tout en abordant des thèmes intéressants, comme la différence et la famille. Avec ses personnages attachants, Miss Kobayashi’s Dragon Maid m’aura conquis et je ne suis certainement pas le seul. Je n’ai pas suivi les ventes mais vu la popularité de la série sur internet, j’espère vraiment voir une seconde saison un jour.

La seconde saison de Konosuba (Studio DEEN) a tenu elle toutes ses promesses. Hilarante, toujours avec sa bande d’aventures ratés à qui il n’arrive que des problèmes et les résolvent de manière encore plus stupide. Je ne me lasse pas de cette comédie qui reste un véritable régal à chaque épisode. Le tout sans tourner en rond, sachant sans cesse se renouveler et nous étonner. Une véritable perle dont j’espère fortement avoir une saison 3 un jour, quand bien même cela n’est pas (encore) prévu.

konosuba
Un peu de douceur en provenance de l’ending

N’oublions pas Urara Meirochou (J.C. Staff), cette formidable comédie moe dont j’ai pu parler plus en détails ici. Mon affection envers la série demeure intact et constitue de loin ma plus grande surprise de cet hiver. D’autant qu’elle m’aura fait découvrir sa

urara
Quand tu es la meilleure de la série et que tu le sais

formidable mangaka Harikamo et ses superbes illustrations. Dommage que la série ait fait un flop complet en terme de ventes, et qu’elle n’ait pas connu de diffusion chez nous (vraisemblablement car exclu Amazon Strike aux US). Mignonne et enchanteuse, l’anime possède une écriture astucieuse et des personnages follement attachants. Une vive recommandation de ma part.

Mention spéciale également pour Minami Kamakura High School Girls Cycling Club (J.C. Staff, Crunchyroll) aka Minakama. Un autre tranche de vie / comédie avec cette fois une touche de sport, à savoir le cyclisme. J’ai franchement eu du mal à me lancer dans la série, les épisodes pouvant être assez barbants. Mais j’ai finalement accroché, principalement car l’ambiance maritime et campagnarde (même si Minakama est une petite ville) est plutôt réussie. Une fois le club véritablement lancé et l’arc compétitif (le séminaire) passé, chaque épisode se transforme en promenades dans Minakama et ses alentours. N’omettons pas de forcer un coup sur Fuyune, ma favorite de la bande autant pour son caractère bien trempé que pour son léger background. Comme Urara, Minakama a très peu marché au Japon comme en France. Mais j’espère tout de même voir un jour le manga – et ses superbes couvertures – arriver chez nous.

minakama
Fuyune ♥️

Concluons les animes de l’hiver avec deux séries qui auront connu plus de succès. Il y a d’abord eu Gabriel DropOut (Doga Kobo, Crunchyroll), comédie très sympathique à l’animation soignée. On retiendra surtout la « diabolique » Satania et ses nombreux gabdromoments de « gloire » qui m’auront bien fait rire. Une comédie de bonne facture fortement recommandable pour rigoler un bon coup. En second, c’est la série Freaky Girls (A-1 Pictures, Crunchyroll) qui m’aura positivement marqué cet hiver. La série traite de sujets sensibles comme la discrimination, que ce soit en terme d’handicap et de racisme, le tout avec une certaine légèreté. Avec une certaine malice également, proposant quelques réflexions sur comment aider ces personnes « différentes ». Mis à part ça, Freaky Girls fut une jolie petite comédie avec des personnages attachants. Rappel pour ces deux séries que j’avais également fait des review sur le forum Nekotsuki Studio : Gabdro et Freaky Girls.

freaky_girls
Ma préférée.

 

Lire la suite de l’article : Gaekothèque #3.A – Triade saisonnière

À propos de l'auteur

Tibtyd Lirbij

Démon ancien. On dit que je suis la mascotte du Mag’zine. Avec moi, vous allez découvrir les secrets du staff ! J’abhorre l’ignorance et aime l’élégance. #Yolo

Merci de partager l'article si tu as apprécié son contenu !

Les commentaires sont désactivés.