Gaekothèque #3 – Hors-d’oeuvre (2/3) — Camélia Studio

Gaekothèque #3 – Hors-d’oeuvre (2/3)

0

On se retrouve pour la suite de cette troisième Gaekothèque. Après avoir parlé des animes de saisons dans la première partie, je vais à présent revenir sur celles hors-saisons que j’ai vues. Je reviendrai également sur les films et quelques oav vus ces six derniers mois.

Parce qu’il existe des animes hors-saison

J’ai toujours autant de mal à me consacrer aux séries hors saison tant le rythme saisonnier me prend du temps. Au point d’ailleurs que j’envisage franchement d’arrêter purement et simplement les séries de saison, à l’exception d’une ou deux séries. Bref c’est en réflexion, mais j’ai quand même pu mater quelques trucs pas mal du tout, à commencer par Denki-gai no Honya-san (Shin-Ei Animation, Crunchyroll).

Capture d_écran 2017-02-24 à 23.43.51
Moi face aux rageux.

J’ai dévoré la série en quelques jours lors des vacances de Noël, ce qui est devenu assez rare pour être souligné. Et j’ai potentiellement beaucoup à en dire dessus mais tachons plutôt d’être bref. On a là une comédie sur les employés d’une boutique de mangas, dont la grande majorité sont donc des otakus purs. À cela il faut ajouter une bonne dose de romance entre les différents personnages, et qui est rondement bien menée par ailleurs. Je suis rapidement tombé sous le charme de ces personnages variés et attachants, à commencer par Hio-tan et Sensei. Et voir les relations de chacun se developper fut aussi plaisant que surprenant. Ce n’est pas si courant de voir des couples se former de manière aussi « concrètes » dans des séries du genre (encore plus quand les protagonistes sont des otakus, stéréotypés souvent comme asociaux). On a alors un excellent fil rouge pour accompagner les épisodes qui sont évidemment emplis d’humour. On a quelques références à des mangas/animes, mais encore plus à la culture otak’ en général avec des blagues presque méta (ma préférée : dans le dernier épisode, les personnages font un cosplay d’un autre personnage dont ils partagent le même seiyuu – par exemple, Tsumorin se cosplay en Chiya Ujimatsu de Gochiusa car elles sont toutes deux doublées par Satomi Sato). Pour résumer, Denki-gai no Honya-san est une comédie romantique sur des otakus et écrites avec beaucoup d’humour, mais aussi beaucoup d’amour envers eux.

uEMmuoB
Cadeau 👗😍

On enchaine sur une autre romance avec Golden Time (J.C. Staff, Crunchyroll). Une romance à base d’amnésie et de relations un peu trop « je t’aime moi non plus ». On notera tout de même la remarquable Kouko Kaga, véritable historique amoureuse mais dont la sincérité la rend plus qu’appréciable. Ses excès et son caractère bien trempé apportent cette touche de folie qui manque souvent à une série un peu trop droite dans ses bottes. Pour être honnête, je me suis souvent ennuyé sur Golden Time, malgré une histoire globalement touchante. Par contre c’était plutôt rafraichissant d’avoir une histoire du genre dans une université, et donc avec des étudiants. Cela change du cadre habituel du lycée et m’a permis du coup de mieux de me retrouver dans l’histoire, étant moi-même étudiant. Au final, ce que j’ai le plus aime de la série c’est son second opening.

Terminons en avec les romances en parlant de Seto no Hanayome (Gonzo, Crunchyroll). Recommandée par Lololeboiteux, on a là une romcom « à l’ancienne » (la série date de 2007) avec ses stéréotypes bien connus. Et c’est ce qui fait, pour moi, à la fois le charme et le principal défaut de la série. D’un coté, c’est plaisant car ce sont des stéréotypes mine de rien efficaces et qu’on davantage usés dans les séries plus récentes. Par contre, si certains ne sont pas déplaisants (le harem facile, le sidekick pervers et stupide du mc…), d’autres sont un peu plus lourds.

tumblr_n9z4y4p3Mw1r2va7po1_500
Les activités en plein air, idéal pour sympathiser avec sa belle-famille !

Je pense principalement au père qui sur-protège sa fille, idem pour la petite tueuse en coquillage : c’est marrant un épisode (sauf la tueuse en coquillage, c’était un décalque nul du père déjà lourd donc ça me saoulait dès le départ) mais à force ça devient franchement gavant. Peut-être que cela changera par la suite (je ne suis qu’à l’épisode 6) (oui j’avance pas vite). La série est tout de même bien sympathique, drôle (et même sacrement barrée), avec un bon chara design. Une comédie à voir, et surtout à finir pour moi.

d36dc65b8759e45774e5b4c279bf1619918b1ee4_hq
Spectaculaire.

Quittons les romances pour une série bien plus virile, avec un héros qui se battra jusqu’au bout pour que la justice l’emporte : Inferno Cop (Trigger, Crunchyroll). Cette série d’ONA était une bonne manière de montrer ce dont ils étaient capables en matière d’humour, sans dépenser grand chose. Au final, on a 13 épisodes de 3 minutes de pur WTF avec une animation réduite au maximum (à ce point peut-on encore même parler d’animation d’ailleurs ?) et une explosion de JUSTICE enflammée. Une série complètement folle avec une histoire plus qu’en roue libre et avec un protagoniste bourré de charisme. Avec son format court, ça s’enchaine assez facilement sur une heure où on se marre bien. Vivement la saison 2 qui arrivera prochainement !

Lire la suite de l’article sur le site source

Cet article fait partie de nos affiliés. En savoir plus sur eux ?

À propos de l'auteur

Auteur de génie et membre de la nouvelle garde de la blogosphère francophone du manga, je vous honore de mes brillants articles. Et je suis modeste en plus.

Merci de partager l'article si tu as apprécié son contenu !

Les commentaires sont désactivés.