Tokyo Godfathers, balade improbable en plein hiver — Camélia Studio

Tokyo Godfathers, balade improbable en plein hiver

0

A l’occasion du Noël de l’an passé, nous avions organisé un concours avec à la clé quelques cadeaux à gagner. Il s’agissait d’un bête questionnaire sur film mais surtout d’une invitation plus ou moins grossière à aller voir Tokyo Godfathers que j’aime particulièrement et qui se prêtait assez bien au mois de Décembre. A la fin du concours, je voulais donc présenter et commenter le film. Nous voici 2 mois plus tard, c’est peut-être un peu tard (ou trop tôt) pour en parler mais peu importe, pourquoi s’en priver ?

Pourtant celui-ci est en marge et ce, doublement. Aussi bien par rapport à l’image que l’on peut se faire d’un film de Noël que de la filmographie de son réalisateur, Satoshi Kon. On semble ici bien loin de Paprika, Perfect Blue ou encore Millenium Actress par les thèmes qu’il aborde. Il ne faut pas comprendre ici que Tokyo Godfathers est mauvais ou étrange ou simplement qu’il est moins bon que ces derniers. Et c’est de ça dont j’ai envie de parler et de présenter aujourd’hui : si le film n’est à l’image ni du réalisateur ni des fêtes de fin d’année, Tokyo Godfathers n’aurait jamais pu naître dans d’autres circonstances et respecte l’esprit de Noël au moins aussi bien que d’autres.

Si vous ne connaissez pas Satoshi Kon, ce n’est pas un drame. Le réalisateur jusqu’à très récemment était loin de faire l’actualité et accuser sa mort en 2010 ne serait sans doute pas une erreur. Depuis peu cependant le nom revient sur les lèvres avec la sortie de quelques-unes de ses œuvres en France avec notamment un manga, Fossiles de rêve et son premier film, Perfect Blue. J’espère du coup qu’on entendra encore parler longtemps de lui car un bon nombre de ses œuvres n’est toujours pas disponible en France tandis que d’autres ne le sont plus, ce qui est malheureusement le cas de Tokyo Godfathers.

 

Lire la suite : Tokyo Godfathers, balade improbable en plein hiver

À propos de l'auteur

Tibtyd Lirbij

Démon ancien. On dit que je suis la mascotte du Mag'zine. Avec moi, vous allez découvrir les secrets du staff ! J’abhorre l'ignorance et aime l'élégance. #Yolo

Merci de partager l'article si tu as apprécié son contenu !

Les commentaires sont désactivés.