Critique – Kill la Kill ; le hentai tout public

Yohohohooo !

Vous allez bien ? Oui ? Aaah, sachez que ce ne sera peut-être plus le cas après avoir lu cet article. Il est en effet grand temps de foutre un bon coup de pied, afin de tenter de réveiller les esprits, totalement inertes.

Critique – Kill la Kill ; le hentai tout public

fanarts

 

 

 

KlKfan_04

 

fiche-technique

 

 

 

 

 

Nombre d’épisodes : 24 épisodes de 24 minutes.

Année de première diffusion : 2013

Studio : Trigger

Genre : Action / Hentai

scénario

 

 

 

 

 

Alors, alors. Par où commencer, donc, puisque cette notion, de scénario, est absente dans Kill la Kill. Disons que, pour faire simple, des vêtements vivants extraterrestres veulent dominer la Terre en mangeant les humains puis faire exploser la planète. Quoi ? Ce que j’ai fumé ? Rien, je vous assure. Bon, dans l’absolu, un truc sans queue ni tête, je ne suis pas contre, bien au contraire, il n’y a qu’à prendre Nichijou, totalement déluré, que j’ai fortement apprécié. Mais là, comment dire … on essaie de nous vendre la chose comme étant fabuleuse, super recherchée, profonde, mais il n’en est rien ! Les gens gardent leur esprit fermé et formaté, à tout accepter sans réfléchir et ça, ça m’attriste. À aucun moment, quelqu’un n’a la présence d’esprit de prendre du recul et de se dire « Ouais, O.K., on me prend un peu pour un gland là quand même. ». Non. Chacun coupe son système de réflexion et, suis le mouvement. Car, soyons honnête, dans cet anime, rien n’est construit, scénaristiquement parlant.

En effet, le seul objectif de Kill la Kill, c’est de nous montrer des gens à poil. Oui. Kill la Kill est le premier anime à foutre 7 milliards de personnages nus. Car oui, mettre des femelles les seins à l’air, c’est bien pour attirer les jeunes hommes en manque intensif, mais la sournoiserie va ici plus loin, puisque, non seulement on met les femmes à poil, mais aussi les hommes & les gamins, histoire d’être certain de contenter les penchants sexuels de chacun. Le plus navrant dans cela, c’est que l’anime est donné comme étant un « action, comédie, école » (source Wakanim qui le distribue dans notre pays). Pas même une mention « ecchi », sachant que cela va tout de même bien plus loin. Une mère qui attouche sa fille à la faire limite jouir, on est loin du plan culotte, qu’on se le dise.

Poursuivons, justement, sur cette classification « action, comédie, école ». Pour le premier, ouep, aucun soucis, il n’y pas à débattre dessus, il y a de l’action du début à la fin. Pour ce qui est de l’école, sur les quelques premiers épisodes, pourquoi pas. En revanche, niveau comédie, va falloir m’expliquer où il y en a ? Que des vêtements vivants venus de l’espace, c’est censé être rigolo ? Innovant ? Que nenni ! Excepté le personnage de Mankanshoku, qui à quelques rares moments, m’a fait esquisser un semblant de sourire, c’est bien tout. Et pourtant, j’ai plutôt le rire facile et suis ouvert à tous les genres d’humour.

En parlant de personnages justement, attardons-nous quelque peu dessus. J’ai tout de même réussi à lire et, à de nombreuses reprises, qu’ils étaient « charismatiques » … on ne doit pas vraiment avoir la même définition du charisme, chers amis, Dôji, vient donc ici nous l’expliquer … non je déconne, reste chez toi (attention, ce troll est sponsorisé par la communauté animultimienne). Je suis désolé jeunes gens, mais les personnages présent dans Kill la Kill, ont tous sauf du charisme. Même la vache Milka a plus de prestance sans déconner ! Ça pue le re-vu et le re-re-vu. Ils sont pires que banals, pauvres & sans aucune profondeur, de simples coquilles vides. Ryūko, c’est une Naruto avec des boobs ! Ni plus, ni moins ! Et les autres branquignoles ne sont pas plus utiles qu’un caillou au milieu du Sahara.

Voilà, KlK est un hentai, pas de scénario, personnages bidons & attouchements sexuels au programme !

graphisme

 

 

 

 

 

Il est bon ! Oui, tout n’est pas à jeter dans cet anime, fort heureusement. Nous avons droit à des graphismes franchement supers classes avec une animation de qualité. Cela ne rattrape pas le point précédent, mais c’est déjà ça ! Je vous laisse observer quelques captures d’écran :

C’est un style particulier, mais qui a le mérite d’être bon. Le pôle animation a bouffé l’intégralité du budget, c’est ça ?

musique

 

 

 

 

 

Elle n’est pas super ouf, mais reste dans une bonne moyenne et, n’est pas désagréable à écouter. Cette B.O accompagne bien les scènes d’actions et, c’est tout ce qu’on lui demande ici, de faire son travail et bien.

génériques

 

 

 

 

 

Pour le premier opening, on retrouve le titre « Sirius » de Eir.

 

Et pour le second, nous avons droit à « ambiguous » de GARNiDELiA.

 

En ce qui concerne les endings, le premier est une chanson de Sawai Miku intitulé « Gomen ne, Iiko ja Irarenai ». Je n’ai en revanche trouvé que la version avec la voix masculine.

 

Et le dernier, il s’agit de la chanson « Shin Sekai Koukyougaku » de Sayonara Ponytail.


à-retenir

 

 

 

 

 

Un anime bien mauvais dans l’ensemble, qui, ne mérite absolument pas le culte qui lui est voué. Il peut à la limite, être sympa comme ça en fond sur la TV, pendant que l’on fait autre chose, guerre plus. Voilà, laissez vos avis/remarques en commentaire ! Faites-vous partie de sa secte adoratrice ? Ou avez-vous réussi à ouvrir vos yeux et, surtout, votre esprit afin de comprendre que c’est un raté ?



Écrit par

Salut ! Moi c'est Gigi pour les intimes, rédacteur en chef du site. Passionné de culture et d'art depuis bien des années, pour ne pas dire toujours, j'espère que vous prendrez du plaisir à découvrir ou redécouvrir des choses par ici ! Attention « Mon langage est composé de 97 kg de méchanceté. »

Vous aimerez peut-être aussi ...

Natsuki

Écouter notre webradio ?


Visiter le site web pour connaître le planning

et les playlists disponibles.