Final Fantasy XIV — Camélia Studio

Final Fantasy XIV

0

titre original : FINAL FANTASY XIV | A REALM REBORN

année de production : V1 (version 1) septembre 2010 / V2 (version finale 2) août 2013

éditeur et développeur : Square Enix

genres : MMORPG / fantastique

concepteur : Naoki Yoshida

support : PC Windows/PS3/PS4


Dans le monde actuel, nous jouons pour nous évader dans un univers unique et qui nous fait rêver de temps à autre, après avoir parcouru plus d’une centaines de jeux, j’ai laissé mon esprit vaciller pour un univers rempli de chocobos, de femmes chat et de combats spectaculaires, je parle bien sûr de Final Fantasy XIV – A Realm Reborn, en avant pour notre première odyssée de ce monde très spécial et enchanteur.

Introduction

« Final Fantasy XIV Online » est présenté comme un jeu massivement multijoueurs dans le domaine et la série du Final Fantasy, développé et sorti sur PC Windows et PS3.

Sorti en Automne 2010, Final Fantasy XIV | A Realm Reborn est la suite du précédent FFXI qui lui aussi était dans le domaine du Online, vivement critiqué par la communauté, la première version de FF XIV a connu une déchéance rapide et sans pitié.

Mais une lumière surgie au fond du désespoir apparaît, Naoki Yoshida qui, le 10 décembre 2010, décide de reprendre les rênes du projet, en réponse au travail bâclé par l’équipe actuelle. Le nouveau concepteur prend des décisions sur la restructuration totale de l’équipe et annonce le début d’un long processus de refonte du jeu pour le sortir quand ce dernier aura atteint ses objectifs initiaux.

Le 14 octobre 2011, Naoki Yoshida présente les nouveaux plans du jeu et, en 2013, le 27 août, FF XIV sort enfin sur PC et crée un succès mondial.

L’histoire d’un univers

Nous nous retrouvons dans le monde d’Eorzéa qui est la terre d’accueil des aventuriers dans Final Fantasy XIV, le nouveau théâtre de leur destinée.

Située dans la partie occidentale du monde d’Hydaelyn, cette péninsule, proche du continent d’Aldenard, est le berceau de nombreuses civilisations. Plusieurs cités-états sont établies sur son territoire : Limsa Lominsa, la ville forestière aux arbres centenaires, et Ishgard, l’austère forteresse montagnarde.

Du froid le plus mordant à la chaleur la plus étouffante, le climat passe par tous les extrêmes du Nord au Sud. La région est parsemée d’immenses étendues désertiques et, des monstres gigantesques rôdent un peu partout en quête de proiesfaciles. La nature « éorzéenne » est tout sauf hospitalière.

Les cités-états ont longtemps lutté pour la domination des territoires et la soif de combat des tribus barbares n’a jamais été étanchée. Quant aux ennemis de l’extérieur, ils étaient et sont toujours tapis dans l’ombre, prêts à tirer parti de la moindre faiblesse… L’Histoire d’Eorzéa s’est écrite dans le sang.

Et pourtant, on surnomme cette terre «la bien-aimée des dieux » et les hommes y affluent sans cesse. Qu’a donc cette contrée hostile à leur offrir ? Le « Cristal » est la clef de cet engouement. Une matière précieuse, fruit de la cristallisation de l’éthérite, qu’on dit être la source de toutes choses sur la terre-mère, Hydaelyn.

Une fois encore, les aventuriers s’apprêtent à écrire un nouveau chapitre de l’histoire du Cristal en Eorzéa. Les habitants des cités-états ne sont pas les seuls occupants d’Eorzéa. D’autres humanoïdes intelligents peuplent cette terre. Ces autochtones forment des groupes bien distincts, qualifiés péjorativement de « tribus barbares ». Certains d’entre eux vivent relativement en bonne intelligence avec les éozéens « civilisés », d’autres sont au contraire en perpétuel conflit avec ces derniers.

Les événements ont pris une tournure funeste, il y a dix ans. Les Eikons, dieux gardiens vénérés par ces tribus, ont soudainement fait leur apparition (lesPrimordiales). Pour une raison inconnue, les sorciers barbares semblent maintenant capables de les invoquer. Forts de ce terrifiant pouvoir, ils menacent désormais les cités-états.

Cette menace vient s’ajouter à celle, toujours plus grande, de l’empire de Garlemald. Désireux de conquérir l’ensemble du continent d’Aldenard, les Garlemaldais ont déjà vaincu Ala Mhigo, grâce à leur supériorité technologique et militaire. Le spectre de la dévastation plane sur les autres cité-états.

Quelle est donc l’origine de ce pouvoir inconnu ? Est-il synonyme d’espoir ou de désespoir ? Ces réponses, les aventuriers les trouveront peut-être au cours de leur périple.

Le monde d’Eorzea

A Realm Reborn se fonde sur le monde fantastique d’Eorzéa, reposant sur de nombreuses cartes, avec une topographie différente dans chaque partie de FF XIV. Nous parcourons, tout au fil du jeu, de nombreuses zones qui nous font découvrir un monde à part. En réalité, l’histoire, ou plutôt l’épopée, nous amène à réaliser des missions et des quêtes diverses. Elle évolue quand vous réalisez les missions, qui sont pour la plupart surprenantes et amusantes.

Tout au long de votre aventure, vous découvrirez l’histoire des trois cités-états de ce monde, dont chacune gouverne une partie d’Eorzéa. La première, Gridania, est située dans la région de Sombrelinceul, cette cité, en harmonie avec la nature, est entourée d’une immense forêt. La Déesse de la fertilité, Nophica (élément Terre), y est vénérée. La grande compagnie des « Deux Vipères Jaunes » se considère comme la gardienne même des forêts et la protectrice de la cité de Gridania.

La seconde, Ul’dah, cité commerçante entourée d’un vaste désert, se trouve en Thanalan. Nald’thal, ou Nald et Thal, les deux Dieux marchands partageant le même corps, protègent la cité (élément Feu). Ul’dah est en proie à des conflits internes sur l’autorité dirigeant la cité. Fort de ses troupes, la grande compagnie « Les Immortelles » est considérée comme invincible et déterminée, ses combattants sont malheureusement plus occupés à régler les histoires de corruptions qu’à aider les plus faibles, démunis de maison. Néanmoins, les joueurs qui rejoignent cette compagnie sont attirés par la force brute et les combats violents qui les accompagnent (pvp).

Et enfin, la dernière, Limsa Lominsa, la cité portuaire située sur la grande île Vylbrand, dans le mer de Rhotano, en Noscea, est protégée par la Déesse Llymlaen (élément du vent) dont elle tire son surnom : le Voile de Llymlaen. Cette cité est dirigée par la grande compagnie « Le Maelstrom », alliant de grandes compétences dans le domaine du renseignement et des notions de navigation, elle se caractérise comme étant la plus influente et la plus puissante (plus grand nombres de joueurs présents).

Chaque cité-état accueille une religion, des classes d’aventuriers et des guildes différentes. Chaque cité possède son utilité et un domaine unique qui donne une variété intéressante auprès des joueurs. L’histoire, que vous allez parcourir, vous apprendra la situation actuelle de chaque cité et région de ce monde étrange mais immense.

Vous aurez le choix et un temps illimité pour découvrir l’univers de FF XIV. Nous ajouterons aussi que chaque zone possède plus ou moins un domaine de niveaux différents. En effet, vous évoluerez grâce aux quêtes disponibles et découvrirez la faune, les habitants, la topographie et l’histoire de chaque zone.

Ce qui fait tout le charme de FF XIV, c’est que le monde d’Eorzéa propose encore et encore des voyages grandioses et uniques, vous permettant de découvrir petit à petit et, avec plaisir, l’aventure qui devient de plus en plus grandiose et, fera de vous un joueur épanoui et exceptionnel.

Le jeu : les races

Comme indiqué précédemment, A Realm Reborn met en avant cinq races jouables dans le monde d’Eorzéa. Chacune possède une histoire, des bonus pour les caractéristiques, un charme particulier et des atouts minimes. Toutes les races peuvent jouer toutes les classes du jeu, des honorables Elezens aux adorables Miqo’tes, du plus petit au plus grand, vos préférences ne pourront qu’être comblées.


Les Hyur’s (Les fanas de pouvoirs)

Les Hyur’s sont des immigrants qui viennent des îles et pays, à proximité d’Eorzéa.

Ils sont nombreux mais plutôt solitaires, dû à leur principe de liberté individuelle. Certains préfèrent vivre sur les hauteurs des montagnes (les Hyurgoths) et, d’autres, en basse altitude (les Hyurois). Leur point fort est leur technologie avancée, mais aussi leur connaissance des langues étrangères et des institutions.

On remarquera (de manière véridique) que, dans FF XIV, cette race est celle qui est la moins jouée. En effet, les autres races sont plus attirantes les unes que les autres, les Hyur’s possèdent d’après un sondage officiel le moins de charme et de traits mignons.


Les Lalafells (des enfants adultes ! Mais mignons)

Les Lalafells sont, à l’origine, des agriculteurs provenant d’une île du Sud.

Malgré leur petite taille, ils sont très agiles et capables de parcourir de très longs trajets sans problème. Leur point fort est leur incroyable intelligence. Ils sont neutres vis-à-vis des autres « races » et se préoccupent avant tout de leurs commerces et leurs récoltes.

Sur le champ de bataille ou en ville, c’est la race la plus détestée, de manière réelle, par les joueurs qui ne sont pas Lalafells en soi. D’après les rumeurs, des grandes compagnies voient en eux des choses immondes. Les Lalafells sont souvent victimes de racisme et de menace du type « extermination » ou encore « esclavagisme ». Bien sûr, tout ceci reste dans un humour très amusant et convivial, ce qui crée des factions anti-Lalafells (voire des compagnies entières) et d’autres factions qui n’accueillent que des Lalafells.


Les Elezens (la noblesse de la sagesse incarnée)

Les Elezens sont grands et ont une silhouette élancée, ce qui représente un atout pour vivre à Eorzéa.

Ils possèdent d’imposantes oreilles qui augmentent considérablement leur ouïe. Ce sont des nomades qui, autrefois, dominaient Eorzéa, car ils étaient les premiers occupants du monde, bien avant l’apparition des autres « races ». Ils ont développé un sens de l’honneur et de la fierté inestimable, dû au fait qu’ils croient être les envoyés des Dieux.

Actuellement, ils coexistent en paix avec les Hyur’s, mais ils ont connu une longue période de conflits et même de guerres avec eux, car ils avaient du mal à accepter leur immigration, la percevant comme une véritable invasion, Typique race de la noblesse, elle est choisie par des joueurs voulant des traits neutres et un choix basé sur des personnages adroits de sagesse et combattant avec souplesse et intelligence, elle est présentée comme les « Elfes » des mondes du MMORPG. Le choix des joueurs se porte sur des classes comme les Bardes ou encore le Black Mage, pour souligner leurs traits neutres et sérieux.


Les Miqo’tes (le kawaii à l’état pur)

Les Miqo’tes comportent deux groupes : la tribu du Soleil et la tribu de la Nuit et ils restent généralement entre eux.

Ce sont des tribus proches de la nature, qui ont des jambes musclées et un sens olfactif sur-développé. Évidemment, c’est la race numéro un sur FF IV. On y attribue de l’honneur sur les traits mignons et avec le plus de possibilité de personnalisation lors de sa création à l’image que l’on souhaite. Très populaire au Japon (étonnant ? Tiens, donc !), ils font le bonheur de plus d’environ cinq cent mille joueurs dans le monde entier.

On décrit les Miqo’tes comme des êtres aimant taquiner et jouer avec leurs semblables et les étrangers, très curieux de nature, il peuvent néanmoins faire preuve d’excentricité et de combativité avec acharnement.


Les Roegadyns (Les armoires à glace peuvent s’abstenir)

Les Roegadyns sont des êtres très courageux et corpulents, qui aiment particulièrement développer leur musculature déjà imposante. Ce sont des « sportifs » qui ne refusent jamais les challenges, la compétition.

Les Roegadyns sont un peuple maritime et ils travaillent généralement dans les ports ou sur les bateaux, mais parfois aussi comme gardes du corps, mercenaires, voire même pirates. Un groupe nommé les Gardiens du Feu, habitant dans les montagnes, posséderait une grande maîtrise de la magie.

La race « bloc de béton » par excellence, elle est choisie pour des classes de défense (tank) comme les Guerriers ou les Templiers, qui possèdent un charme particulier. C’est la race qui constitue un corps de défense parfait pour souligner les attraits de leurs classes favorites. Étrangement et de manière originale, la race des Roegadyns n’est pas violente ou agressive, ayant certes une corpulence massive et une musculature imposante, elle reste tout de même calme et douée pour s’imposer comme un soutien sans faille.


Le jeu : l’Arsenal

Décrivant l’ensemble des métiers et des classes de FF XIV, l’Arsenal regroupe deux grandes catégories de classe, la catégorie des combattants et la catégorie des métiers.

Chaque catégorie est maniable grâce à ce système qu’est Arsenal. En effet, votre personnage peut manier toutes les classes et métiers possibles, aucun changement de personnage n’est nécessaire, tout se fait sur le même par un simple switch de métier, grâce à votre Arsenal.

Disciples de la guerre

Regroupant principalement toutes les classes d’armes, les disciples de la guerre sont composés de Gladiateurs (Tank au bouclier), Maraudeurs (Tank à la hache), Pugilistes (DPS arme de poings), Maîtres d’hast (DPS à la lance), Archers (DPS Distant arc) et enfin les Surineurs (DPS dagues). Tous les maîtres d’arme excellant au DPS physique (DPS au Corps à Corps, DPS distant etc.) manient les compétences physiques que constituent le DPS principal lors des instances de groupes.

On qualifie les Disciples de la guerre comme l’avant-garde d’un groupement de joueurs. Tout le DPS physique va se concentrer sur les Jobs possédant des compétences physiques (voire quelques aptitudes magiques pour certaines classes.) Tout repose sur le DPS physique, ceci inclut que chaque classe a une mission spécifique et doit connaître son personnage du fait que les instances sont plus ou moins difficiles, à chacun son rôle et ses objectifs pour contribuer correctement au bon déroulement d’un combat.

Disciples de la magie

C’est le regroupement le plus important d’Arsenal. En effet, les Disciples de la magie regroupent les classes de type DPS magique et de soins, on retrouve actuellement l’Élémentaliste (Magie des soins et du vent), l’Occultiste (Magie destructrice) et enfin l’Arcaniste (Magie d’invocation et des runes). Sans les Disciples de la magie, un groupement n’existerait pas, telle est la nature féroce de FF XIV. On renomme ses fameux magiciens comme l’arrière-garde qui couvre et assure la survie de l’intégralité du groupe, elle peut accueillir un Occultiste qui assure les DPS magiques (beaucoup plus violent que les DPS physiques), un Élémentaliste qui assure les soins nécessaires à tout le regroupement et enfin l’Arcaniste spécialisé dans les invocations et les buff/débuff.

Néanmoins, les classes de magie sont les plus faibles en matière d’évolution et d’endurance dans un combat, possédant certes des sorts offensifs pour évoluer correctement, elles restent très fragiles sur le plan attaque ou défense. De ce fait, les Disciples de la magie se reposent principalement sur l’avant-garde qui assure leur protection et une coordination parfaite lors des combats les plus intenses.

Le jeu : gameplay

Final Fantasy XIV est la suite du titre FF XI (Online), basé sur le mode multijoueur des titres,

Final Fantasy, A Realm Reborn reprend un gameplay unique qui était apprécié de tous (voir le titre FF XII), le jeu se base sur un système de combat simple et est facilement compréhensible tout au long de votre aventure.

En effet, plus vous évoluerez dans le jeu en tuant des monstres et en gagnant des niveaux, plus vous gagnerez des compétences. Le jeu va vous faire évoluer sur les cartes, les instances, l’équipement de base mais aussi vous amener à comprendre le maniement de votre personnage et de ses pouvoirs.

Parlons du combat, pour les connaisseurs, FF XIV est basé sur un système simplifié (sur beaucoup d’anciens titres Final Fantasy, le combat au tour par tour était le système le plus apprécié). Dans ce système, nous retrouvons l’utilisation des pouvoirs sans avoir à attendre un tour, tout se déroule dans l’action présente (un temps donné de recharge est effectif entre chaque utilisation d’un pouvoir).

On retrouve bien sûr des moyens de combos (déclencher un pouvoir pour enchaîner sur un autre pour faire beaucoup plus de dégâts par exemple). Dans tous les cas, vous devez absolument partir d’un certain niveau pour comprendre et maîtriser votre personnage, proche de la perfection.

Le début d’aventure n’est pas des plus compliqué, le jeu en lui-même vous permet d’apprendre à maîtriser vos pouvoirs, à évoluer sur toutes les cartes et découvrir le monde fantastique qu’est FF XIV. Finalement, au terme de votre apprentissage (aux alentours du niveau 45 – 50) vous allez comprendre que la véritable aventure commence, les instances et les moyens d’obtenir des items vont être dix fois plus durs qu’avant.

Dans un premier temps, il faut comprendre que le système de difficulté monte de plusieurs crans. Les instances à effectuer pour obtenir des items d’équipement, ou pour l’artisanat, demandent de la perfection venant du groupe, sinon c’est la défaite assurée et, l’échec sur FF XIV est synonyme d’un endurcissement du travail à effectuer pour la prochaine fois. Sur certaines instances, nous devons nous focaliser sur la position et le rôle de chaque personnage, la moindre erreur peut être fatale et entraîner le fameux « Wipe » (souvent j’entendais ou remarquais des « Wipe, Wipe » pour indiquer un « c’est foutu, suicidez-vous »).

On appelle ce phénomène « Chorégraphie », les instances sont programmées comme des notes de musiques, que nous devons apprendre par cœur pour contribuer de manière « fiable » au bon déroulement du combat. La véritable difficulté se trouve dans les grosses instances nommées « Labyrinthe de Bahamut » ou encore les fameux « étages allant du T1 au T13 » (actuellement le T13 est la finalité de ce fameux labyrinthe qui se divise en plusieurs parties comme T1 – T5/T6 – T9 et enfin T10 – T13). Pour conclure la partie « combat et instance », dites-vous que la vraie aventure se trouve au niveau 50 où vous pourrez vous investir dans ce fameux HARD GAMING qui vous donnera un véritable challenge à relever dans Final Fantasy XIV.

Repartons maintenant sur les quêtes et les systèmes communautaires.

Nous parlions des quêtes secondaires mais aussi de cette fameuse « Épopée », ceci représente les missions de l’histoire que vous devez suivre en priorité pour pouvoir évoluer. En effet, l’épopée vous permet de découvrir le monde d’Eorzea, mais aussi de débloquer toutes les instances jusqu’au niveau 50 (attention ! Certaines instances sont isolées par des quêtes d’accès à récupérer, de droite à gauche). Au fur et à mesure de votre aventure, vous pourrez évoluer sur tous les horizons pour finalement vous affirmer quand vous atteindrez le dernier niveau.

FF XIV se concentre uniquement sur la communauté, évoluer comme un parfait solitaire n’existe pas du tout. Vous jouez à 90 % de votre temps en groupe d’instance et, pour la plupart, avec une Compagnie (forme de guilde). Pour pouvoir faire des instances et effectuer des quêtes, vous aurez à utiliser un système de recherche de groupe qui trouvera des joueurs voulant faire la même instance que vous. De ce fait, vous serez automatiquement assigner à un groupe pour débuter l’instance. Votre serveur est connecté par ce fameux système avec tous les serveurs du monde entier (chaque serveur est par zone géographique, exemple « EU » pour Europe), ce qui vous permet de jouer avec des joueurs étrangers et partager une belle expérience (sortez votre dico de langue, FF XIV vous plonge dans un partage international).

Avec le temps, vous découvrirez ce qui fait le charme de A Realm Reborn. La communauté, qui est d’ailleurs l’objectif même de ce jeu enchanteur, vous offre un univers vaste et qui ne demande qu’à être découvert, par le biais de l’aventure partagée avec d’autres joueurs venant du monde entier.

Première conclusion

Que dire de ce mythique jeu, issue de la série Final Fantasy, dans le domaine du MMORPG ? A Realm Reborn est centré sur l’aventure et la communauté, évoluer avec des systèmes originaux et complets permet de s’épanouir et de ne jamais se lasser.

Le vrai défi commence réellement au niveau 50 où les plus grosses instances présentent un niveau de difficulté énorme, ce qui permet au joueur d’entrer dans le Hardcore gaming et de pouvoir monter leurs métiers de craft, customiser et améliorer l’équipement pour pouvoir accéder et tenir sur d’autres instances (Bahamut, Primordial, etc.)

L’univers de Final Fantasy est tel, que le joueur va pouvoir apprécier la beauté du jeu, les cartes, le bestiaire et connaître une aventure incroyable qu’il pourra partager avec une communauté mondiale.

Malheureusement, l’univers de Final Fantasy XIV | A Realm Reborn est tellement immense que je ne peux tout décrire directement. Donc, je continuerai à vous en parler dans le prochain numéro. Nous nous dirigerons vers la suite de l’Arsenal, une étude des Instances, le système de PVP et le système du jeu.

Nous conclurons le tout par l’histoire principale du jeu, une étude particulière des personnages pour vous immerger complètement dans la suite de cet univers fantastique.


Cet article est une republication d’un article paru dans l’édition reliée n° 12 de Mag’zine, que vous :pouvez toujours aller le lire ici.

À propos de l'auteur

Merci de partager l'article si tu as apprécié son contenu !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.