Persona 4 : The Animation — Camélia Studio

Persona 4 : The Animation

0

Fiche technique

Année de production : 2011
Studio : AIC A.S.T.A.
Genres : action, fantastique & mythe
Auteur : Atlus
Nombres d’épisodes : 26 de 25 minutes

Introduction

Persona 4 : The Animation est l’adaptation du jeu de rôle d’Atlus « Persona 4 », sorti en 2008 sur PS2 et réadapté en 2013 sur PS Vista, sous le nom de « Persona 4 : The Golden ». « Persona » est une série de spin-off, issue de la lignée des « Shin MegamiTensei », mettant en scène des adolescents ayant le pouvoir de matérialiser un aspect de leur psyché appelée persona.

Ce terme provient de la psychologie analytique de Carl Gustav Jung et désigne le « masque social », grâce auquel nous interagissons avec autrui. La persona est intrinsèquement liée à l’inconscient de l’âme.

Dans la série, chaque persona appartient à un arcane du Tarot divinatoire. Le héros évolue en créant des liens sociaux avec des personnages placés sous le signe de ces arcanes, lui permettant ainsi de gagner en puissance et d’invoquer de nouvelles personas.

L’anime nous montre ainsi la progression du protagoniste au travers d’une intrigue qui vous sera présentée dans la partie suivant.

L’histoire

En raison de la mutation professionnelle de ses parents à l’étranger, Yu Narukami quitte sa vie urbaine et emménage chez son oncle, Ryutaro Dojima, et sa cousine Nanako, dans la paisible bourgade rurale d’Inaba. Yu entame sa nouvelle vie et intègre le lycée Yasogami, où il fait la connaissance de Chie Satonaka et Yosuke Hanamura, ses nouveaux camarades de seconde année. Cette tranquillité est aussitôt bouleversée par la découverte du cadavre d’une animatrice TV, retrouvée gisante sur une antenne.

« As-tu entendu parler de la Mayonaka TV ? »

Les discussions à Inaba font écho d’une légende urbaine à propos de la Mayonaka TV, une mystérieuse chaîne de télé. Celle-ci dévoilerait l’âme-sœur de quiconque se trouverait seul devant un poste de TV à minuit lors d’une nuit de pluie.

Une pluie nocturne est attendue le soir même. Le héros et ses amis, intrigués par ces rumeurs, décident alors de visionner cette fameuse chaîne. Lorsque minuit arrive, des images floues apparaissent et dévoilent les traits d’une jeune fille, une lycéenne probablement. Une voix se fait entendre, Yu est pris subitement de vertiges et tente de s’agripper à son écran… mais sa main passe littéralement au travers. A sa grande surprise, il découvre qu’il possède l’étrange faculté de traverser les écrans.

Dès lors, les adolescents vont découvrir un univers insolite, enveloppé dans un épais brouillard, situé à l’intérieur même des téléviseurs. Ce monde est habité par des créatures hostiles envers les humains, appelées « Shadows ». Ces événements vont alors permettre à Yu de s’éveiller à un nouveau pouvoir : la persona.

Plus tard, une nouvelle dépouille sera découverte. Nos héros ne tardent pas à faire le lien entre Mayonaka TV et les mystérieuses morts qui sont survenues. À l’aide des pouvoirs nouvellement acquis, ils décident de mener l’enquête afin de mettre la lumière sur la série noire qui secoue Inaba.

L’adaptation du jeu en anime

L’anime comporte 26 épisodes d’environ 25 minutes. La durée de vie du jeu est faramineuse, on s’étonne qu’il ait pu être « compacté » en seulement 26 épisodes. Pour autant, cela ne veut pas dire que l’adaptation soit bâclée, bien au contraire.

Persona 4 : The Animation se permet quelques libertés d’adaptation, mais le rendu est de qualité et l’ensemble reste très fidèle au jeu. Des scènes supplémentaires ont été intégrées. Ces ajouts fluidifient davantage le déroulement de l’anime et assurent une meilleure cohérence dans l’enchaînement des événements.

Le déroulement, bien qu’un brin répétitif au début, sert à introduire les différents protagonistes avec efficacité et nous permet de mieux cerner leur personnalité respective. Le rythme de l’anime, quant à lui, reste équilibré entre les phases d’enquête/actions et celles d’école/vie quotidienne. Ces dernières permettent justement d’apporter plus de profondeur aux relations entre les personnages.

Dans le jeu, ces interactions (« social links ») sont des éléments essentiels, elles enrichissent considérablement le scénario. Cependant, il aurait été impensable de développer tous ces détails dans un format de seulement 26 épisodes. On note toutefois un réel effort d’adaptation de ce côté-là.

Le chara-design de Shigenori Soejima est impeccable, comme à l’accoutumée, les personnages sont vraiment attachants. Quant aux graphismes, ils sont agréables à l’œil et raviront à la fois les fans du jeu et ceux qui découvrent la série.

Bien qu’abordant des thèmes abstraits, tels que la recherche de la vérité ou l’acceptation de soi, l’anime est bourré d’humour et vous fera esquisser plus d’un sourire.

Les musiques

C’est l’un des points forts de Persona 4 : The Animation.

La bande son comprend les musiques originales du jeu, ainsi que des morceaux inédits, créés pour la diffusion de l’anime par Shoji Meguro, l’illustre compositeur de la série « Persona ». Que ce soit lors des scènes d’intrigue, d’humour ou bien d’actions, les musiques accompagnent plutôt bien l’ensemble.

Les openings (1- Sky’s the Limit / 2- Key Plus Word) et endings (1 – Beauty of Destiny / 2- The Way of Memories) sont chantés par Shihoko Hirata, qui interprète déjà plusieurs morceaux du jeu tel que « Pursuing My True Self » et « Reach Out to the Truth ».

Autant dire que les thèmes de l’anime et du jeu sont dans la même tonalité musicale, ce qui n’est pas pour nous déplaire.

Que retenir au final ?

Persona 4 : The Animation est un anime plaisant à regarder qui vous fera découvrir l’univers des « Shin Megami Tensei : Persona ».

Avoir connaissance des volets précédents n’est pas une nécessité, chaque histoire est indépendante. Toutefois, l’anime comprend pas mal de clins d’œil pour les fans du jeu. Ces derniers reconnaitront aisément les personas invoquées par le héro, ainsi que les arcanes du Tarot auxquels sont liés les personnages.

L’anime n’est pas exempt de défauts. En effet, certains lui reprocheront un déroulement répétitif, mais l’ambiance de la série et son univers insolite valent vraiment le coup d’œil. Un scénario bien ficelé, des personnages attachants et un humour omniprésent sont les ingrédients qui vous tiendront en haleine jusqu’à la fin !

A voir sans modération.


Cet article est une republication d’un article paru dans l’édition reliée n° 8 de Mag’zine, que vous pouvez toujours aller le lire ici.

À propos de l'auteur

Ici Lord, « petite main » pour le Mag'zine dans la rubrique Soleil Levant, on m'exploite 48h par jour (oui, oui c'est possible !). La preuve : on m'avait averti que le taff serait rude. Or, un homme averti en vaut deux. Donc 2*24... vous me suivez ?

Merci de partager l'article si tu as apprécié son contenu !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous sommes en direct ! Venez nous suivre :3
CURRENTLY OFFLINE